lundi 18 janvier 2016

How does it feel ?




Blue Monday le jour le plus déprimant de l'année ?



Non, une invention marketing, destinée à faire vendre des voyages ou du bien-être préfabriqué.
Blue Monday c'est le choc de mars 1983, quand l'industrie du disque innovait avec le format Maxi 45, le 12" - théoriquement pour une écoute de meilleure qualité - et qu'un producteur investissait dans une pochette d'exception dessinée par Peter Saville.


Une pochette découpée, pas de nom d'artiste visible, pas d'album avant 2 mois ... un titre unique, doublé en face B par un instrumental "the beach".


La révélation de la face rotative viendra 2 mois plus tard à la sortie de l'album "Power and lies".
Les découpes s'inspirent des disquettes souples 5"1/4 en usage alors.

A l'arrivée, un objet unique, rare, et étrangement beau.



Musicalement, il y a des influences diverses, résumée ici par le bassiste Bernard Sumner : “Blue Monday” was influenced by four songs: the arrangement came from “Dirty Talk”, by Klein + M.B.O.; the signature bassline with octaves came from Sylvester’s disco classic, “You Make Me Feel (Mighty Real)”; the beat came from “Our Love”, by Donna Summer; and the long keyboard pad on the intro and outro was sampled from the Kraftwerk song “Uranium”, from the Radio-Activity album.



Prévu pour être une "outro", un sample passant en boucle sans l'intervention des musiciens pour permettre la sortie de scène après les rappels, ce titre devient une mélopée mélancolique, portée par une voix froide, désincarnée, encadrée par un rythmique imparable.


Réédité en 1988 puis en 1992, samplé notamment pour Kylie Minogue en 2001 pour son remarquable Can't get Blue Monday out of my head, ce titre est intemporel, efficace et percutant.


On peut retrouver ici la genèse de ce titre dans ce documentaire suédois :
http://www.svtplay.se/video/1681962/del-2-av-6-engelsk-text-english-subtitles

On visitera avec intérêt le portfolio de Peter Saville :
http://galleryhip.com/new-order-blue-monday.html

L'histoire de la construction de cette pochette surprise est racontée ici :
http://galleryhip.com/new-order-blue-monday.html

Un mot de conclusion des musiciens eux-mêmes : cet objet est unique, presque incongru dans notre XXIe siècle dématérialisé. Une relique, une icone des années 80... J'y étais.


Wilson’s naiveté and “mismanagement” allowed something brilliant and legendary to happen — something we’re still talking about today. If it had been some tight-ass accountant running things at Factory, Peter Saville’s amazing cover would have been scotched, and the “Blue Monday” 12-inch single wouldn’t have become the amazing cultural artifact that it is.
The song is the song, and would be cool in and of itself. But the fact that N.O. chose to release it as a 12-inch with only “The Beach” instrumental on the B-side, went with the amazing but ludicrously expensive die-cut cover, released it with even the band’s name hidden in a color code … that’s the stuff of legend that transcends the song itself. There’s all sorts of reasons why “Blue Monday” deserves its own mini-documentary, and the excessive but visionary packaging is a big part of it.
One thing to think about is what we’ve lost with our new era of essentially all-digital music distribution, when nobody much cares about physical media (or by extension, cover art) anymore, or the discrete, tangible cultural artifact that a 12-inch single represented. If “Blue Monday” were just being released today, would a fucking MP3 become the stuff of such legend? Would Peter Saville and his vision even come into play?

Quelques sources sur les pochettes de l'époque ...

New Order Movement 1981


Ultravox "Visions in Blue" 1982


Durutti Column LC 1982



Talk-Talk The party's over 1982
cover art by James Marsh




Bonne écoute !


Bonne année 2016 !


Voici un an déjà que je vous ai délaissés au profit d'autres aventures... me revoilà !

A l'automne 2014 Dandystance.org est né - le forum français du skate de Distance, Longue, courte, sprint ou marathon, rando ou ...Ultraskate.


En février 2015 j'a retrouvé Panta, mon complice du forum Dandystance.org , et une formidable équipe pour une première aventure américaine : l'Ultraskate de Miami.



Nous avons fait appel à votre générosité via Ulule, démarché des partenaires, sollicité des équipiers.
Grâce à vous, nous avons vécu une expérience incroyable à Miami, avec Samuel venu de sa Côte d'Azur, Olivier venu des bords du Léman; et François le promoteur du Paddle Road.


Au final nous sommes partis tous les 5, un solo courageux et une équipe de 4, avec le soutien de RideMore.fr, distributeur français des skates électriques Evolve, de la gamme GBomb, et d'un tas d'accessoires indispensables pour les amateurs de loisirs à roulettes.



Expérience incroyable !
Cette semaine à Miami a été une chance pour nous : l'occasion de rencontrer la "famille" du skate de Distance aux USA - avec quelques représentants de la famille européenne venus pour l'occasion d'Allemagne, d'Espagne et de France.


On a roulé, et bien roulé, avec à la clé un nouveau record en équipe établi à 302 miles - 486 km, nous avons fait nos preuves pour cette première participation.


De retour après ce beau voyage nos coéquipiers sont repartis vers l'Ultraskate de Hollande, et au Marathon de Montévrain pour transmettre au plus grand nombre ce frisson de la compétition, et surtout cette chaleur humaine qui alimente les conversations et réchauffe les coeurs.

Un an après, nous revoilà : nous repartons à Miami - un titre se défend, et nous attendons tous avec impatience de nous retrouver pour en découdre !


Quelques liens très directs ont été mis en place via Facebook pour vous tenir informés :

- une page RideMore Team, pour suivre les préparatifs de l'équipe 2016 : un nouveau venu, Pierre-Yves, amateur de distance et shaper de talent sous la marque Uncool.

- une page Dandy Steam, pour soutenir tous les Dandys qui aimeraient se lancer dans l'aventure, et tout particulièrement les trois qui nous accompagnent, Panta, Esteban, et Ben ...

Portraits des hommes (hélas pas de parité encore cette année !) et de leurs drôles de machines ...

A très bientôt, trop heureux de vous retrouver !

jeudi 18 décembre 2014

Mercredi 17 - 17h





Il faisait doux ce mercredi en fin d'après midi


- alors vite je prends deux planches et je repars faire un petit tour sur mon bord de mer habituel.
Depuis l'été je roule avec la G-Bomb Sakaroulé - une merveille d'efficacité et de polyvalence. Toutefois il faut savoir travailler la position avec différentes hauteurs de plateau, et retrouver le geste du pumping quand on se prépare à des échéances importantes ...
notre rendez-vous avec l'Ultraskate de Miami est dans moins de 50 jours.

J'ai donc choisi deux plateaux allemands top mount de pur pumping pour me "faire les jambes" avant une séance de préparation physique et d'étirements bien nécessaires pour rectifier la position après quelques kilomètres forcément asymétriques.

Premier choix la Olson & Hekmati P95, minimaliste et épurée, un plateau très ferme.



J'y ai monté un petit cale pied inox mat qui s'adapte bien à ma position tant en poussée qu'en pompage - je suis goofy. A l'essai il se révèle idéal et élégant.
J'opte pour les grandes DTC Pures 80mm, adoptées cet été pour de grandes randonnées de 80 et 40km. Montées à l'arrière elles font merveille, mais à l'avant elles nécessitent une impulsion forte pour maintenir la vitesse en pumping.


A l'arrière un petit SilverSpace italien en 125mm pour godiller.
Ce truck a un angle naturel proche de 60°, je l'ai monté incliné à 72° pour profiter au mieux des 95 cm du plateau.


A l'avant je teste un vénérable Motobilt rescapé des années 80, incliné à 24°.
Il est moins joueur qu'un Bennett, un peu plus lourd, mais pourrait se révéler intéressant avec la bonne combinaison de bushings.
J'ai essayé un montage de trois bushings, un petit cône souple côté route, et l'assemblage d'une tranche de stimulator servant d'insert, et un petit sablier Tracker souple.


Le résultat n'est guère probant : je ne suis pas assez en forme pour emmener vivement ce plateau très ferme, les roulements n'ont pas été entretenus après les avanies que je leur ai fait subir cet été, et les bushings n'ont pas un comportement homogène.
Un peu d'entretien, et un montage à revoir donc pour ce premier essai: 5 km, 16 minutes, moyenne 18.64 km/h avec en tracé GPS de fortes variations de vitesse correspondant à mes essais de pompage infructueux.

Deuxième run de 5 km sur la Lorelei, un prototype allemand élaboré à partir des cotes de la Mermaid de Roe Racing. J'avais le souvenir d'un plateau très ferme, mais toutefois un peu moins que la O&H P95. La large poche avant tient bien le pied porteur, qui trouve naturellement le balancement qui va mobiliser l'ensemble.
Montage classique : Bennett avant avec les excellentes roues LGS 77mm, truck inversé arrière sur les grandes 3dM Avilas 75mm.
Originalité : j'ai essayé le Tracker Fasttrack 150mm en inversant ses gros cônes tendres.


Le recto vaut le verso, le ramage est à la hauteur du plumage : mon ami Stéphane a entièrement réalisé en bandelettes ce superbe grip inspiré de modèles imprimés pour Earthwing. Voilà qui contraste avec la sobriété presque austère de la première planche.

Bilan : truck arrière trop instable pour les phases de poussée ! Je dois modifier la position des gros cônes, en retourner un ou deux voire passer sur les Fat Cones Riptide pour compenser cette instabilité tout en gardant un potentiel de godille.
Le plateau est très agréable, la position est un peu reculée par rapport à la P95, ce qui favorise un regroupement des pieds vers le centre (position moins écartée que celle que j'utilise habituellement, avec un stance assez large).
Le cintre médian permet d'exploiter le flex du plateau, avec une allure plus régulière maintenue au cours de ce rapide essai de 5km tenu en 16 minutes : moyenne 18.84 km/h.

Les très belles planches fabriquées par Oliver "Olson" & Björn Hekmati sont distribuées en France par Easy Riser, aux même tarif qu'en Allemagne, et sans frais de port.
Les roues et trucks présentés ici sont également disponibles en boutique à Nancy ou par correspondance, sans frais à partir de 70 €, c'est assez rare pour être souligné.

Je ne vends pas de matériel - les G-Bombs Sakaroulé sont en vente chez RideMore: moins chères qu'aux USA, et avec une promotion de fin d'année. Profitez-en !

samedi 29 novembre 2014

Bachelors of science - Don't hold back



C'est le week-end - musique !
retour à San Francisco avec Bachelors of science : "Don't hold back"

jeudi 27 novembre 2014

Si on allait à ... Miami ?


Samedi, à San-Diego, Californie, les amateurs de Skate de Distance se prépareront pour le marathon Adrenalina qui se courra dimanche.

Grosse affluence pour ce rendez-vous international, doté de prix généreux, où l'on verra tomber des records - passera t'on sous la barre de l'heure et demie ?


Le skate de Distance progresse : activité confidentielle il y a quelques années, il devient un phénomène grand public grâce au travail de promotion de James Peters, fondateur de PavedWave, infatigable étendard de la Longue Distance, et à l'intérêt qu'il a suscité chez des pratiquants jeunes et talentueux comme Harrison Tucker ou Kyle Van (USA), Thomas Slager , Iemke Postma ou Lonneke Pollepel (NL), ou des vétérans des courses d'endurance comme Rick Schorr , Rick Schorr ou Greg Fiess.
Le temps des pionniers- aventuriers comme Romain Bessières, le Globe skater français, ou Doug Dupin l'américain explorateur coïncide avec l'avènement de courses structurées qui fleurissent depuis 2010.

La plus emblématique de ces courses aura lieu à Miami, les 12 et 13 février 2015 : une course d'endurance de 24 heures, qui voit s'affronter depuis 2012 les meilleurs mondiaux de cette nouvelle discipline.

Et si nous allions à Miami ?
Lancé au départ comme une boutade, ce pari incroyable nous a d'abord semblé inaccessible.
Trop loin, trop dur, trop compliqué ...
Puis est venue l'idée de former une équipe : autant la "course en solitaire" de 24h est inhumaine (ou surhumaine), autant la possibilité de participer tout en prenant part à l'événement nous est apparue comme idéale: pouvoir rencontrer enfin ces correspondants lointains, ces créateurs, ces amis virtuels avec qui nous avons des échanges passionnants, loin de notre cadre quotidien.

Nous avons interrogé les pionniers français qui sont allés là-bas défier les américains sur leur sol, Alex Bangnoï et Giovanni Barbazza, deux loups solitaires prêts à repartir, mais trop attachés à leur liberté pour rentrer dans une équipe.
Après maint palabre et conciliabule, nous avons réunis une équipe originale, pour apporter une touche de diversité dans cette épreuve:






Un appel aux dons a été ouvert sur une plate-forme de collecte, et nos contacts ont été sollicités:

Ride More a immédiatement apporté sa participation à notre projet, en acceptant de soutenir notre équipe. Des sponsors institutionnels viennent conforter le flux des petits ruisseaux qui convergent en un grand fleuve de possibilités...

Nous roulerons à Miami, avec votre soutien, sur des Gbombs hybrides similaires à celle que j'utilise depuis septembre : un plateau très ferme et bas qui permet de pousser longtemps, et des pattes spécifiques permettant de pomper efficacement, avec un excellent rendement.


Nous attendons encore quelques surprises d'ici Noël, vous serez les premiers à partager ces nouvelles ici sur Sakaroulé !, ou sur l'espace d'échange que nous vous offrons sur Dandystance.org.

Joyeux Thanksgiving à tous - 
je vous remercie pour votre intérêt et votre soutien sans faille depuis 2008.  


mercredi 22 octobre 2014

600.000 visites !



Wave after wave
I'm slowly drifting (drifting away) ...

My feet can't touch the ground...
Mr Probz - 2014 



Sakaroulé passe aujourd'hui la barre des 600.000 visites grâce à votre curiosité et votre fidélité. Je souhaite donner un nouvel élan à Sakaroulé, orienter davantage la thématique vers le Skate de Distance en continuant à discerner les tendances de long terme du skate, discipline sportive et style de vie. Vous continuerez donc à retrouver ici les chroniques des sessions locales, et quelques retours vers des étapes importantes du passé.
Vous êtes nombreux à me retrouver également via Facebook : nous allons en transposer l'interactivité vers un forum francophone spécifiquement dédié au skate de distance, dont je vous reparlerai rapidement.




RideMore m'a proposé de contribuer à définir de une sélection de produits de haut de gamme dans ce secteur dans le cadre d'un partenariat. Comme cette collaboration s'inscrit légitimement dans l'orientation générale du blog, j'ai souscrit à sa démarche.


Pour célébrer cette association, j'ai reçu un mystérieux colis...




A l'intérieur quelques éléments bien emballés vite dévoilés ...






La nouvelle G-Bomb Ridemore / Sakaroulé
premier fruit de la belle collaboration initiée cet été.



Je m'intéresse aux pattes de prolongation depuis longtemps.

J'avais réalisé ces premiers prototypes vers 2007, assez peu convaincants car réalisés avec une qualité d'aluminium médiocre.




Ce type de pattes nécessite un matériau solide, et un plateau renforcé pour compenser le levier qui s'exerce aux extrémités : j'ai cassé suffisamment de prototypes pour chercher enfin une bonne combinaison. Disons que ces prototypes ont éveillé mon intérêt pour ce principe de pattes rapportées, sans être toutefois d'une qualité suffisante pour être adoptés.








En 2011 j'ai pu récupérer un jeu des premiers braquets G-Bomb fabriqués par Mark Groenenboom. Les spécialistes reconnaîtront peut être ici un matériel avec lequel Laura Hatwell avait traversé l'Angleterre de Land's End à John O'Groats, et avec lequel Chris Vallender avait participé au premier Marathon de Goodwood (UK).



Une fois encore, l'absence de plateau spécifique m'a laissé un goût d'inachevé : les contraintes sont beaucoup plus fortes que sur un plateau traditionnel, tant aux extrémités qu'au centre quand on pratique ce type de montage.




J'ai apprécié la patte arrière réglable, grâce à une attache rapide de type vélo, qui permet de régler à volonté l'angle du truck en quelques secondes. La patte avant pliée à un angle de 10° est une merveille de simplicité et de ressources pour pomper efficacement.

Cette première version des pattes G-Bomb était tout à fait convaincante, mais pas encore aboutie : les initiatives se sont multipliées pour faire évoluer cette première version.







En 2012 j'ai acheté un ensemble complet G-Bomb avec un plateau spécifique Subsonic et la deuxième version des pattes : une cloche arrière plus prononcée, une pumping fork avant allégée et renforcée.



L'ensemble est un peu plus lourd qu'une configuration spécifique destinée au pumping ou au pushing, mais fourmille de détails appréciables.

Je roule toujours avec cet hybride, en échangeant occasionnellement avec leur designer pour faire évoluer certains détails.

Ce concept de planche composite constitue le meilleur hybride disponible actuellement pour aborder les disciplines de distance, indépendamment des techniques adoptées, que ce soit en sprint ou en fond.




Les équipements retenus - trucks Don'tTrip Poppies et Roues Orangatang Kegel - constituent le meilleur choix actuellement disponible au niveau international.

Le prix est conséquent - mais bien placé, pour offrir en France, Belgique et Luxembourg les composants actuels les plus performants aux meilleures conditions.

Détaillons les équipements de cette version 2014 de la G-Bomb RideMore / Sakaroulé.




Le plateau: après plusieurs essais G-Bomb propose ses propres modèles "Freewill" en érable canadien : longueur 70 cm, largeur 24cm, 9 plis : peu de flex, peu de concave.
Ce plateau se comporte comme le Subsonic  - sans la couche de Texalium un peu disco, qui ne modifie pas le comportement. 
C'est un peu lourd, mais très solide - qualité indispensable au vu des contraintes qui s'exercent aux extrémités. Des finitions noire ou naturel sont possibles, le bois brut semble le pus élégant.

Les pattes de fixation sont des Infinity bolts : écrous en T équipés d'une barre de fixation plate .


Le plus: parfaitement insensibles sous le pied, elles sont légères et ne nécessitent qu'un seul outil pour être mises en place.




Attention : ne pas serrer trop fort, au risque de désolidariser un axe. Nous serons amené à les remplacer dans certaines configurations pour adapter des pads plus épais ou pour fixer certains cale-pieds.




La patte avant est la Dropped Fork, inclinée à 10°, utilisable soit en montage classique pour optimiser le pompage, soit en montage droppé pour baisser le plateau et faciliter la poussée. Elle est livrée avec 4 entretoises permettant de surbaisser le truck pour gagner encore 1cm de hauteur.
Les premières versions de ces entretoises étaient en aluminium, et pouvaient provoquer de petits grincements. Aujourd'hui elles sont en nylon, plus légères et plus silencieuses.

Le plus : il est possible d'adapter d'autres entretoises, et de faire varier l'angle du truck avant 






La patte arrière est la Dropped Bell, plus creuse que la première version. L'attache rapide de type vélo a été remplacée par deux coulissants en nylon, plus légers et moins propices aux bruits parasites. Elle est graduée pour faciliter le réglage visuel de la position du truck arrière.



Les trucks sont "l'état de l'art" actuel : créés par Dan Furrer - un suisse allemand émigré aux Etats-Unis, spécialiste de mécanique de précision - les Poppies sont usinés dans un bloc, puis assemblés avec une précision inégalée: kingpin "aviation", roulement sphérique, pièces de liaison fabriquées par Brad Miller de Rip Tide en uréthane moulé précisément aux cotes du truck.

Les axes sont réglables en largeur de 125 à 142 mm par ajustement de bagues.
L'embase est usinée à un angle natif de 45%à l'avant, soit un angle de fonctionnement de 55° compte tenu de la patte de fixation avant. L'embase spécifique pour l'arrière permet de faire travailler le truck presque à plat, à 20°. Cet angle est adaptable grâce à la cloche arrière.

Le résultat : pas de friction, pas de fatigue, et un débattement idéal pour les Gbombs. Il y a un consensus autour de ces trucks dans plusieurs disciplines - pour en avoir pratiqué trois modèles depuis 2013 je confirme qu'on dispose ici du meilleur truck actuellement disponible avec ces Poppies.



Les roulements Speed Racing sont spécifiquement distribués par Ride More: belle finition, présentation en boîte métallique avec 4 entretoises et 8 speed rings - lubrification à l'huile fine, un produit haut de gamme discret et très efficace.


Le plus : la combinaison des roulements avec des axes de précision est particulièrement appréciable tant du point de vue de la performance immédiate - faible friction et excellent alignement - que du point de vue de la durabilité.


Attention : ces roulements sont en acier - ils ne sont pas prévus pour une utilisation sous la pluie sur une route détrempée. Il faudra attendre les roulements full-céramique ou céramique-nylon pour l'envisager.




Les roues : les Kegels sont une innovation intéressante à plusieurs points de vue. Leur diamètre de 80mm est inusité dans le monde du longboard "classique", et vient combler une niche dans l'univers des équipements de skate Longue Distance. C'est une taille hybride, qui permet le pumping, et développe efficacement la poussée. Leur largeur permet une bonne tenue de route quand le relief s'accentue.




Le Plus : un mix de duretés différenciées, ferme (violettes 82a) à l'avant pour la maniabilité, plus tendres pour sécuriser l'accroche (oranges 80a) à l'arrière. 


Evolution: j'ai reçu également un jeu de roues spécifiques Evolve de 77mm, qui permet un montage plus spécialisé en pumping : la bande de roulement de 40mm est plus fine, la roue de 77mm plus facile à mobiliser.




Les amateurs de pratique "tous temps" se tourneront vers les Shark wheels - également distribuées par Ride More pour compléter leur équipement pour rouler sous la pluie avec de meilleures conditions de tenue de route et d'évacuation de l'eau. On se surprend à rêver de Shark wheels plus grandes combinées à des roulements céramique ...



Evolution : la "dropped fork" est très efficace, mais dégage dangereusement les roues - pour éviter un "foot bite" fatal un cale-pied s'impose.  En usage mixte pousse & pompe, on veillera à fixer le pied au centre comme sur le côté, selon que l'on est Goofy ou Regular.

La cale Fat Ant s'est révélée idéale pour ce montage : fixée sur les vis de montage du truck, je n'ai pas eu à repercer le plateau. Haute et réglable en largeur, elle couvre bien la zone d'effort, et confère un aspect métallique bien fini, esthétiquement homogène avec le montage des pattes.




Après avoir décortiqué cette G-Bomb, nous sommes allés l'essayer !
On vous dit tout ... cette semaine.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...